Pakalo, le duo à suivre de près

Pakalo c’est un duo frais et sympathique formé par Marie et Léo, deux avignonnais, amis d’enfance. Une musique hybride aux influences passées et actuelles. Un mélange qui offre un projet « pop urbaine » à la fois dansant et mélancolique. On a étudié leur CV et on les a reçu pour un entretien d’embauche plutôt décontracté. 

 Si on devait définir Pakalo en trois mots ?

Amitié. Couleur. Vice et Versa. 

Quelle est la plus grande qualité de Pakalo ?

Nos plus grandes qualités sont la sensibilité et la complémentarité. 

Quel est le plus grand défaut de Pakalo ?

On en a pas, on est parfaits (rires). On a une hygiène de vie qui laisse à désirer. Plus sérieusement, comme souvent on a les défauts de nos qualités donc la sensibilité. Et on est trop dépendants l’un de l’autre, même nos rendez-vous chez l’ostéo on les prend ensemble.

Quel est le plus grand rêve de Pakalo ?

De pouvoir vivre de Pakalo, de sirop et d’eau fraiche (rires). Plus concrètement vivre de notre passion, la musique. 

Pakalo, vous vous voyez où dans 5 ans ?

La semaine, dans une coloc plus grande avec un studio énorme pour pouvoir nous enregistrer. Le week-end, dans tous les plus beaux festivals de musique. On aura un tour bus avec un baby-foot et des bonbons qui piquent. On embarquera nos potes, beaucoup font de la musique et aiment les bonbons qui piquent.

Qu’avez-vous appris de vos erreurs passées ?

Oh pas grand chose… Après nos expériences respectives, on a appris à voir l’évidence et donc à travailler et créer ensemble. On a une chance incroyable, notre duo existait déjà dans la vie et aujourd’hui ce duo est au cœur de tous nos projets. 

Qu’est ce qui vous motive le plus le matin ? 

Le café déjà. Ensuite, se lever avec l’envie de progresser et faire évoluer notre musique.

Pakalo, quelles sont vos activités en dehors de la musique ? 

On a une grande bande de copains qu’on voit tout le temps. On aime bien regarder Un bon moment (NDRL présenté par Kyan Khojandi et Navo sur Canal +). Et notre pécher mignon c’est de faire des Karaokés avec l’Auto-Tune. Dès qu’on pourra sortir et se rassembler, on aimerait bien organiser des soirées sur ce thème.

Aimez-vous travailler en équipe ? Si oui dans quelle mesure ? 

On a la chance d’avoir pas mal de potes talentueux qui sont dans des secteurs qui complètent notre domaine. On vit vraiment dans une sphère artistique : graphistes, vidéastes, photographes, ingés son et beaucoup de rappeurs. Notre projet, c’est aussi grâce à eux. Tout le monde s’est investi. On croise les projets, on s’inspire. On n’imagine pas la création autrement. 

Si vous ne faisiez pas de la musique, vous feriez quoi ?

Du pâté en croute, mais à haut niveau. En vrai on pourrait difficilement faire autre chose ou du moins forcément quelque chose d’artistique. 

Pourquoi devrions nous vous écouter ? 

On est sympa déjà, et on parle à tout le monde. Notre projet est éclectique. Y a du rap, de la pop, y a un côté acoustique comme électronique et beaucoup d’amour. On est un mix de tout ça.  

Les Pakalo sont plein de projets, de rêves et de générosité. Ils ont passé haut la main notre entretien de jeunes talents locaux. Leur premiers EP de 7 titres est disponible depuis le 02 octobre 2020 sur toutes les plateformes et 4 clips et un live sont visibles sur Youtube. Ils nous préparent une petite surprise pour Noël. A suivre de très très près. 

Display-Digital-Evolution-160-600

Zappings

MAG 50 PERSONNALITES

GRAND PRIX DU BATIMENT DURABLE

GUIDE DES RESEAUX