Grandes surfaces fermées, qu’en est-il de la fréquentation des commerces de l’intra-muros ?

Depuis le dimanche 31 janvier, plusieurs centres commerciaux du Vaucluse ont été contraints de fermer leurs portes. Les zones en extérieur, elles, sont désormais les seules à pouvoir accueillir des clients.

Les galeries marchandes de Mistral 7 et Avignon Nord, le centre commercial Cap Sud et le magasin Ikea ont été les premiers concernés en Vaucluse par les annonces du Premier ministre Jean Castex, dans le cadre de la lutte contre le Covid. En France, au total, on comptabilise plus de 25.000 magasins et 396 centres commerciaux impactés par ces  restrictions.

Les commerces du centre ville d’Avignon sont eux autorisés, dans le respect des horaires du couvre- feu, à garder leur porte ouverte. 

Anthony Sandrone, patron de la boutique Faguo rue des Marchands à Avignon note un changement depuis le 31 janvier « Ça ne se ressent pas forcement sur la semaine à cause du couvre-feu, les gens n’ont plus vraiment le temps de venir faire les boutiques. Par contre le samedi, il y a beaucoup plus de monde, les gens viennent passer plusieurs heures, en couple, en famille etc. Des gens qui s’arrêtent normalement dans les centres commerciaux, puisque nous avons reçu pas mal de nouveaux clients de Cavaillon et Carpentras. »

La fréquentation ne fait pas le chiffre d’affaires

Rappelons qu’au deuxième confinement, à quelques semaines des fêtes de fin d’année, les petits commerces dénonçaient la concurrence déloyale des plateformes en ligne et des grandes surfaces autorisées à rester ouvertes.

Pour Amandine T’kindt, la gérante du restaurant O’Paradis du Goût rue des Fourbisseurs, le constat se rapproche : « Oui, il y a un peu plus de monde, mais je pense que ce sont des personnes qui se baladent uniquement, en terme de chiffre d’affaires, nous n’avons pas enregistré d’évolution. Je fais de la restauration rapide, le contexte est compliqué pour moi. Mais j’ai des amies qui travaillent dans des magasins, elles me disent qu’elles récupèrent la clientèle du Pontet et Mistral 7 mais que ces personnes ne consomment pas réellement. »

Pour Laetitia, gérante de La Petite Académie, côté boutique c’est le week-end qu’elle rencontre le plus de monde. « Côté atelier nous avons pas mal d’enfants car ce sont les vacances scolaires. Pour notre activité, cela n’a pas changé grand chose mais je vois bien plus de monde dans la rue le samedi ! Si cela peut être bénéfique aux commerçants du centre ville, ce n’est pas plus mal, car entre les gilets jaunes, les travaux du tram, le covid… les dernières années n’ont pas été formidables ! »

Bilan plutôt encourageant. Une juste revanche donc, pour ces commerçants dont les revenus sont grandement impactés depuis le début de la crise sanitaire.

CREDIT PHOTO : Robert Quaglierini

Display-Digital-Evolution-160-600

Zappings

MAG 50 PERSONNALITES

GRAND PRIX DU BATIMENT DURABLE

GUIDE DES RESEAUX