French Tech Culture, l’interview de Jean-François Cesarini

Après deux ans d’un travail incessant pour obtenir le label French Tech Culture, l’équipe emmenée par Paul Hermelin, Olivier Py et Emmanuel Ethis vient d’obtenir le précieux sésame du Ministère de l’Économie. Au centre de la dynamique opérationnelle, l’avignonnais Jean-François Cesarini (photo ci-dessus, à droite) s’est démené sans compter pour faire gagner notre territoire. Quelques jours après l’euphorie qui a suivi cette annonce, il a gentiment accepté de répondre à nos questions.

Alors, ça y est, après des mois de mobilisation, vous avez obtenu le précieux label French Tech Culture ?

Oui ce fut vraiment fort, nous n’étions pas favori au départ, vu par le ministère comme étant coincé entre Marseille et Montpellier. Donc ce fut encore plus extraordinaire de le recevoir, une immense fierté pour toute la mobilisation de notre large territoire. Un signal important donné aux difficultés de ce grand delta de Provence.Paul Hermelin2

Sachant que notre territoire est au milieu de grandes métropoles et que ce label leur était à priori réservé, comment êtes-vous parvenus à convaincre le Ministère de l’économie ?

Il y a eu le fond du dossier et la communication que l’on en a fait. D’abord les chiffres, 1200 entreprises dans les filières numériques sur les 8000 km2 de notre dossier. Ce qui en fait la septième concentration de France, au même niveau que Bordeaux!

Nous avons recensé 14 entreprises numériques à plus de 5 millions d’euros de chiffres d’affaires sur notre territoire. Plus d’une centaine de startups, qui découlent d’une création constante résultant des nombreux diplômés qui sortent de l’Université d’Avignon, de MOPA Arles notamment et demain de l’Ecole d’art visuel de Carpentras. Et enfin la mobilisation de 9 agglomérations, 3 CCI, 2 Régions (PACA et Languedoc Roussillon).

Et puis nous avons un président et deux vice-présidents qui sont écoutés dans les ministères.

Récemment, vous avez enregistré l’arrivée de groupes de renommée mondiale dans votre dynamique, quelle va être leur contribution ?

Microsoft, le groupe Orange et le Crédit Agricole Alpes Provence nous ont rejoint!! Ils amènent bien évidemment de l’argent mais surtout des coachs, des mentors pour rendre les startups de notre territoire plus performantes.

Des logiciels en avant-première, des outils pour développer les idées de nos créateurs. Également ils vont nous ouvrir leurs réseaux internationaux, leurs lieux numériques implantés sur toute la planète pour les meilleurs entreprises de notre dynamique.

Orange et Microsoft s’impliquent dans notre dossier à une hauteur inégalée en France dans un dossier French Tech.

EquipeFrenchTechVous avez sillonné 3 départements et rencontré des centaines d’entreprises du numérique depuis 2 ans, pouvez-vous nous citer un, deux ou trois projets innovants qui d’après vous, vont pouvoir rayonner en France et pourquoi pas, dans le monde ?

La créativité de notre métropole diffuse de Nimes à Lourmarin et d’Arles à Vaison est vraiment étonnante et fascinante. La première entreprise qui me vient à l’esprit est IDcapt située en Courtine, ils créent des lecteurs avec logiciels et des badges CNRFID pour accès dans les événements culturels et autres. Cette entreprise vient de décrocher le marché de l’euro de football 2016.

Bien évidemment, je ne peux pas ne pas parler de Theatre in Paris qui va faire une première mondiale dans la cour d’honneur cette année avec des lunettes de traduction simultanée sur le Roi Lear d’Olivier Py pour, entre autres, les malentendants et le ministre de la culture taïwanais qui verra du Shakespeare en mandarin. Ils réfléchissent fortement à s’installer à Avignon en septembre avec une possibilité d’être un leader mondial.

Il faut parler aussi de Salim et Estelle de Product Air qui filment en drones autant le patrimoine du Tour de France cycliste cette année que l’entrée du public pour la cour d’honneur en direct sur France 2 et Arte.
La liste serait trop longue ici mais je veux finir quand même par Oreka Solutions basée dans le Gard sur Marcoule qui développe un logiciel de simulation de démontage de centrale nucléaire. Ils viennent de lever 500000 euro et sont en contact avec Fukushima.

Ils seront les leaders mondiaux de l’avenir écologique.16043564865_cfa8d6f43a_z

Vous savez sans doute que les impatiences vont apparaître assez vite sur les retombées réelles en matière de création d’emplois notamment suite à cette labellisation, concrètement, quelles vont être les prochaines étapes de French Tech Culture ?

L’emploi est le but premier de tous nos efforts. Nous avons d’ailleurs lancé cette semaine la première application French Tech Emploi (à télécharger sur tous les smartphones) pour mettre en relation les demandeurs d’emplois et les entreprises numériques de notre territoire et d’ailleurs. Plus généralement à la rentrée nous allons créer une plateforme de formation pour regrouper tous les acteurs de la formation de notre dossier autour de l’Université et l’AFPA.

Nous savons que les attentes sont grandes, et que les impatiences arriveront par définition très vite. Mais nos atouts sont grands et l’exemple de Mons en Belgique, ville de 80000 habitants qui a créé 1000 emplois en huit ans grâce au numérique nous inspire beaucoup, surtout au travers de notre coordinateur Pascal Keiser qui a œuvré là-bas et maintenant ici.

Si vous aviez quelques enseignements à retenir sur le plan méthodologique pour réussir un projet de cette envergure, quels seraient-ils ?

Faire avant de demander l’autorisation.

Chercher des interlocuteurs qui ne sont pas forcément conventionnels au-delà des frontières administratives, au-delà des secteurs d’activités, mélanger les artistes, les financeurs, les chefs d’entreprises, les politiques, les formateurs etc, etc. Nous avons plus de choses à nous dire et à faire que ce que l’on croit au départ chacun dans nos secteurs.

Il faut surtout que cela reste de l’enthousiasme et du rêve toujours plus audacieux et espiègle, avec la fierté de ce territoire comme repère et moteur.

Et peu dormir…

Quelque chose à rajouter ?

Que chacun n’hésite pas à nous contacter si vous avez des idées innovantes. Nous pouvons les créer, les développer, les financer, les mettre en relation, etc.

Et merci à tous ceux qui nous ont aidé et cru que c’était possible.

Display-Digital-Evolution-160-600

Zappings

MAG 50 PERSONNALITES

GRAND PRIX DU BATIMENT DURABLE

GUIDE DES RESEAUX