Cécile Helle enregistre (encore) une défection dans sa majorité

C’est à l’occasion d’un article dans le Dauphiné que nous avons appris que Christine Lagrange avait décidé de claquer la porte de la majorité municipale pour rejoindre le groupe des écologistes de Jean-Pierre Cervantes. Cette énième défection isole un peu plus Cécile Helle à quelques mois des municipales.

Les semaines se suivent et se ressemblent pour Cécile Helle depuis son élection en mars 2014. Après l’euphorie de la victoire, le désenchantement s’est rapidement installé au château municipal.

Les exclusions et les démissions des élus de la majorité se sont enchaînées faisant de ce mandat un mandat historique au regard de la multiplication de ces défections.

Départ de 7 élus, dont 6 adjoints au maire

En effet, après Jean-Pierre Cervantes, Olivier Gros, Catherine Bugeon, Mounir Yemmouni, Darida Belaidi, Amine El Khatmi, le maire d’Avignon vient d’enregistrer le départ de son adjointe déléguée à l’urbanisme, Christine Lagrange, une personnalité forte de la majorité.

Au total ce sont pas moins de 7 élus, dont 6 adjoints au Maire, qui ont décidé de claquer la porte ou qui ont été exclus. Des élus qui ont pris une part très importante dans le projet et dans la victoire de Cécile Helle en 2014.

Pourquoi en est-on arrivé là ?

Dans son interview au vitriol au Dauphiné, la socialiste Christine Lagrange dénonce la gouvernance autoritaire, centralisée et peu démocratique de Cécile Helle. Elle se dit totalement mise à l’écart des grandes décisions qui concernent ses délégations. Pour elle, la situation n’est plus acceptable.

On pourrait prétendre que les rancoeurs font parfois dire des contre-vérités et que le coup d’éclat de Christine Lagrange est destiné à nuire à quelques mois des municipales. Sauf que cette manière rigide de diriger la ville, cette absence d’écoute et de considération sont des reproches largement partagés par les 7 élus « démissionnaires » et de nombreux acteurs associatifs avignonnais qui ont déjà dénoncé dans la presse cette absence totale de dialogue et de communication.

Sauf à considérer qu’il y a un immense complot contre le Maire d’Avignon, ce qui est peu probable au regard du nombre de témoignages, le minimum durant ce mandat eu été d’écouter, d’entendre, de dialoguer et d’infléchir son mode de gouvernance.

Un fiasco sur le plan humain

D’autant que la promesse et l’euphorie de la campagne de 2014 avec ses envolés philosophiques sur la démocratie participative, le renouvellement des pratiques politiques avaient suscité une réelle espérance auprès des avignonnais et de ces élus.

Cécile Helle est sans doute sous l’influence de son directeur de cabinet, le gardien du temple municipal est à priori adepte de ce management du siècle dernier.  Un Directeur de Cabinet qui rappelez-vous, avait empoigné en public, lors d’une inauguration, l’adjoint aux commerces Florian Borba Da Costa, suite à un désaccord politique. Une attitude lunaire et indigne d’un directeur de cabinet qui n’a pas été suivie de sanction.

Bref, si sur le fond, ce mandat aura été plutôt convenable, sans être flamboyant, en matière d’actions engagées, il aura été un fiasco sur les plans humain et managérial.

C’est plutôt cocasse pour quelqu’un comme Cécile Helle qui a passé sa vie à défendre les idéaux de démocratie et les grandes valeurs humanistes…

Display-Digital-Evolution-160-600

Zappings

MAG 50 PERSONNALITES

GRAND PRIX DU BATIMENT DURABLE

GUIDE DES RESEAUX