Covid-19 : 32 décès en 4 jours, depuis début novembre en Vaucluse

Le bilan de l’ARS ne cesse de s’alourdir et 32 décès sont dénombrés dans le département du 1er au 4 novembre. Les chiffres de la contamination sont bien plus importants que lors du début de l’épidémie. Cette recrudescence de cas positifs annonce ici aussi, en Vaucluse, une deuxième vague plus meurtrière que la première.

Depuis le début de la crise sanitaire, en mars dernier, jamais le nombre de décès en quelques jours, n’avait atteint de telles proportions. 32 décès, en 4 jours depuis début novembre dans le Vaucluse, ce sont 85 personnes qui ont perdus la vie depuis le début des vacances de la Toussaint.

De nouveaux lits de réanimations ont été ouverts

Les derniers chiffres, recensent 415 hospitalisations (+15 en 24h) pour cause de COVID-19, dont 33 en réanimation. Après hospitalisation, depuis le début de l’épidémie 678 patients sont rentrés chez eux et 156 personnes (+9 en 24h) sont décédées. Le taux d’occupation des lits de réanimation atteint 94,6 % (chiffre au 4 novembre). Le service de réanimation de l’hôpital d’Avignon, le seul du département, possède 10 lits de plus qu’au début de la crise en mars dernier. De nouvelles places ont été créées le week-end dernier et d’autres devraient l’être cette semaine. 

Du personnel privé viendra en renfort des équipes déjà en place à l’hôpital. En parallèle, les médecins libéraux pourraient aussi dès le prochain week-end, prêter “main-forte”. Le centre 15, plateforme d’appel d’urgence, pourrait aussi dispatcher vers les médecins mis à contribution. 4 malades de plus ont été transférés en Bretagne le 4 novembre.

Au total ce sont 10 patients avignonnais qui ont été transférés des hôpitaux d’Avignon vers la Bretagne depuis le début de cette seconde vague. Au 1er novembre, le Vaucluse présente un taux d’incidence de 709, il correspond au nombre de tests virologiques positifs pour 100 000 habitants sur une semaine (de 24/10 au 01/11) et 25,69 % de positivité des tests virologiques (RT-PCR) cela signifie qu’une personne sur quatre se faisant tester s’avère positive. 

Les tests rapides antigéniques, déployés en vaucluse

De nouveaux tests antigéniques rapides sont disponibles depuis le 5 novembre en vaucluse. Plus rapides que les tests RT-PCR, les tests antigéniques permettent de réduire les délais. Cette méthode ne nécessite pas d’analyse en laboratoire, et le résultat peut être connu en 20 minutes. Les tests antigéniques ne seront effectués que par un médecin, un infirmier ou un pharmacien. Des opérations de dépistage massif par tests antigéniques seront aussi possibles auprès de populations ciblées, auprès des personnels asymptomatiques (ou le risque d’infection est plus important qu’en population générale) les personnels des Ehpad, par exemple.

Des dépistages avec des tests antigéniques seront également autorisés sur les passagers aériens (à partir du 7 novembre) à l’exception des passagers en provenance d’Europe, ils se pratiqueront aussi sur les patients admis aux urgences. Les entreprises pourront acheter des tests et les proposer à leurs salariés via le médecin du travail, mais aucun résultat ne pourra être communiqué à l’employeur.

Info + : Selon l’ARS, une personne considérée comme contact à risque est dépistée à J +7 du dernier contact avec la personne positive et elle ne reprend pas son travail avant d’avoir un retour négatif de son test >> donc à J+8 ou J+9 selon la date de retour du test. 

Pour rappel : un cas contact est une personne qui partage le foyer d’une personne positive, a eu un contact sans masque à moins d’un mètre de distance ou durant 15 minutes dans un espace confiné avec une personne positive, ou a reçu des soins de la part d’une personne infectée.

Display-Digital-Evolution-160-600

Zappings

MAG 50 PERSONNALITES

GRAND PRIX DU BATIMENT DURABLE

GUIDE DES RESEAUX