Paroles d’entrepreneur : Gilbert Marcelli, Président de l’UIMM de Vaucluse

PUBLIREPORTAGE – Entreprendre en Vaucluse – Couleur Medef

Gilbert Marcelli est Président de L’Union des Industries de Métiers de la Mécanique Vaucluse, UIMM, depuis 2015. L’Industrie Vauclusienne représente 19 % de l’économie avec un chiffre d’affaires de l’ordre de 4 814 Millions d’€ (chiffres Insee de 2009). Elle emploie près de 26514 salariés soit 29% des emplois du département répartis en 5 620 établissements.

On dit souvent qu’un pays qui se désindustrialise est un pays qui se meurt. Est-ce encore vérité aujourd’hui ?

Je confirme et je signe car les chiffres parlent d’eux-mêmes. En France, l’Industrie représentait 25 % de notre économie en 1961 contre 11% aujourd’hui. Pour rappel, en Allemagne, l’Industrie représente 22.5 % de l’économie. Notre priorité sera d’inverser cette tendance.

L’Industrie est au cœur des nouvelles technologies, de l’innovation et de la formation. L’industrie, c’est les trois quarts des dépenses de recherche et de développement privé.

C’est 250 000 recrutements par an pour la Métallurgie. L’Industrie est au cœur du redressement économique de notre pays et de notre territoire. L’Industrie est le catalyseur du développement économique. Elle entraîne derrière elle le tourisme, le commerce, les services, favorise la création d’emploi et est un acteur majeur de la formation professionnelle. Elle participe au développement du territoire. Hors, rien n’est possible sans une Industrie forte.

Que fait-on aujourd’hui pour promouvoir l’industrie dans le département ?

Beaucoup de personnes en parlent mais on ne voit rien. Aucune vision ou projet ne sont proposés. Il faut se poser la question : Est-ce que l’Industrie est toujours une priorité ? Par moment nous pouvons en douter.

« L’industrie est absente de tous les débats »

En effet, nous n’avons plus de Ministère de l’Industrie. Nous nous contenterons d’un secrétariat d’Etat. J’ai eu de grandes responsabilités dans la mandature 2010-2016 à la Chambre de Commerce et d’industrie de Vaucluse comme Président de la Commission des finances. Et je puis attester, comme l’ensemble des élus d’alors, que l’argent collecté auprès des Entreprises a été bien dépensé, que nous avons mené une politique de rigueur budgétaire sans faille et que nous avons laissé les caisses pleines. L’industrie est absente de tous les débats, le vice président industrie n’est pas écouté et nous, Industriels, nous nous y reconnaissons plus.

Souffler une « ENERGIE POSITIVE », c’est d’abord écouter, regrouper et travailler au rapprochement des idées, dans un intérêt collectif. Il est regrettable de constater en Vaucluse, que l’Industrie ne soit pas considérée à sa juste valeur.

Je le répète, afin que cela soit très clair, l’Industrie est le Catalyseur Economique avec des salaires bien plus élevés qu’ailleurs. Du dynamisme de nos entreprises industrielles découlera le développement de notre territoire et la création de richesse. On dit souvent que quand le bâtiment va, tout va. J’ajouterai que lorsque l’Industrie va bien, tout va bien.

« Notre responsabilité est de défendre l’avenir de nos entreprises »

Les jeunes, que nous formons, partent dans d’autres régions plus attractives pour leur emploi et plus dynamiques. Nous avons beau mettre en avant notre qualité de vie, cela est nettement insuffisant. Il faut leur donner des perspectives d’emploi, favoriser la création de pépinières d’entreprises, faciliter leur installation et les accompagner tout au long de ce parcours et ne pas les abandonner par la suite. L’Union Patronale Medef 84 et l’UIMM Vaucluse les accompagneront. Le Vaucluse peut devenir la nouvelle SILICON VALLEY INDUSTRIELLE, avec ses PMI, ses entreprises industrielles qui sont de véritables pépites, et je pense, sans prétention, que l’entreprise que je dirige, EITB-SITELEC, fait partie du nombre.

Pour cela les forces vives doivent se réunir. Il faut faire place à la compétence et à la capacité d’entreprendre. Nous devons tous nous rassembler et participer à un « GRENELLE DE L’INDUSTRIE VAUCLUSIEN ».

Notre responsabilité est de défendre l’avenir de nos entreprises, de nos salariés, et aussi que les politiques s’efforcent de nous donner les moyens d’y parvenir. L’aménagement du territoire est un élément clé. Le développement du Port Fluvial du Pontet et de l’Aéroport demeure des priorités ainsi que les grandes infrastructures routières (LEO 2 et LEO 3). L’on ne peut que se féliciter de l’arrivée du tramway sur Avignon.

Nous autres, entrepreneurs, sommes convaincus, pour reprendre les propos d’un ancien Président de la CCI, au demeurant entrepreneur, qui affirmait en permanence « entre les atouts et le résultat dans notre département il y a un gouffre ». Un gouffre que nous sommes prêts à combler, nous autres entrepreneurs, et relever les défis, pour le peu que l’on nous écoute.

Vous êtes un militant patronal… comment envisagez-vous une véritable cohésion entre les différents patronats….de plus être chefs d’entreprise et avoir une responsabilité Patronale… c’est presque un sacerdoce non ? Qu’en pensez vous ?

Je ne peux que vous rejoindre. Mais laissons les querelles de côté. Les critiques et les coups bas sont dévastateurs pour l’image et pour la solidarité patronale avec des conséquences catastrophiques. Or le Vaucluse mérite un patronat unifié, car petit département, l’un des plus pauvres de PACA au chômage des jeunes très élevé.

Il mérite des messages forts, de la part des patrons et des entrepreneurs qui ont de grandes capacités et sont force de propositions. Ce n’est pas en restant cloîtré dans son bureau ou son entreprise, enlisé dans nos difficultés que nous résoudrons nos problèmes.

Ma conclusion, j’ai souvent entendu dans notre monde patronal que nous étions la démocratie du premier du mot, la démocratie du dernier étant celle du monde politique.

Display-Digital-Evolution-160-600

Zappings

MAG 50 PERSONNALITES

GRAND PRIX DU BATIMENT DURABLE

GUIDE DES RESEAUX