Patrice Mounier : « Les annulations des réservations hôtelières explosent »

Patrice Mounier, le Président des cafetiers, restaurateurs et hôteliers du Vaucluse est en colère suite aux dernières mesures du gouvernement concernant l’obligation du Pass Sanitaire. Il le fait savoir à travers ce communiqué de presse.

AIDEZ- NOUS A SAUVER CE QU’IL PEUT L’ÊTRE ENCORE

On ne reviendra pas sur les déclarations antérieures du gouvernement :

Janvier 2021 : Le gouvernement a fait savoir son intention de ne pas recourir au passeport sanitaire, jurait Olivier Véran le 13 janvier devant la Commission des lois de l’Assemblée nationale.

Avril 2021 : “Le pass sanitaire ne sera jamais un droit d’accès qui différencie les Français. Il ne saurait être obligatoire pour accéder aux lieux de la vie de tous les jours comme les restaurants, théâtres et cinémas” disait le Président de la République

Tout le monde peut se tromper, mais on était fermé et personne ne pensait au variant DELTA.

12 juillet 2021 : le PASS- sanitaire sera obligatoire dans les lieux clos, dans les bars, restaurants à partir du 1er aout déclare à la télévision le président de la République.

Réaction de stupeur pour tous les professionnels de l’hôtellerie-restauration parce que nous imposer un contrôle auprès de nos clients avec si peu de temps pour s’y préparer, c’est extrêmement perturbant.

En réfléchissant vite, on se dit qu’il n’a parlé que de lieux clos et comme au mois de mai le gouvernement avait permis la réouverture des terrasses bien avant la réouverture des salles, nous sommes certains de pouvoir continuer à travailler en terrasse, sans jouer les gendarmes auprès de nos clients. A l’intérieur oui, à l’extérieur non.

Mais non, les déclarations des ministres après l’allocution, et les conclusions hâtives de certains ne vont pas du tout dans ce sens. Pour tous ces gens le service en terrasse dépendra du PASS-sanitaire . C’est complétement fou !!

Nous sommes pour le PASS-sanitaire, c’est très important parce que ce sera le résultat de la vaccination acceptée par la plupart des Françaises et Français, et que cette vaccination nous protégera toutes et tous. Les Français le savent bien puisque les rendez-vous pour se faire vacciner ont explosé depuis le discours du président.

Mais le gouvernement a-t-il conscience qu’au même moment les annulations des réservations hôtelières ont aussi explosé, par dizaine dans chaque hôtel du département, les vacanciers et touristes annulant leurs vacances, alors que dans le discours du président le mot hôtel n’a même pas été prononcé. !!!

Si le variant DELTA est à l’origine de cette précipitation, nous pouvons le comprendre et préparer nos établissements à recevoir les clients avec un PASS-sanitaire mais avec un calendrier approprié.

On permet aux cafés-restaurants-hôtels de servir les clients en terrasse jusqu’au 15 septembre sans vérification du PASS-sanitaire , mais avec une vérification pour ceux qui mangeront à l’intérieur ( nous savons le faire puisque les discothèques ont réouvertes le 9/07 avec le PASS-sanitaire et que le résultat est très encourageant ) et la saison se terminant nous pourrons alors mettre en place la vérification du PASS-sanitaire de nos clients qui nous l’espérons seront à cette date, très nombreux à s’être fait vaccinés.

Et nous ne vous parlons même pas de la difficulté à vérifier un PASS-sanitaire sur une terrasse, notamment avec des jeunes avec qui à l’époque, les discussions sur le port du masque ont été très difficiles.

Nous ne pouvons pas perdre notre saison, nous avons besoin de travailler et même si les aides continueront, nous voulons tout simplement travailler.

Pour ce qui est de la vaccination de nos salariés, c’est beaucoup plus grave et cela doit relever de la loi, du code du travail, de nos conventions collectives. Nous ne pouvons pas être les juges dans cette affaire, nous ne pouvons pas licencier un employé pour un tel motif.

La loi doit être amendée au Parlement,(nous avons écrit à nos parlementaires vauclusiens), pour que nous puissions finir notre saison, pour que nos salariés ne soient pas virer du jour au lendemain, pour que les amendes et délits dont on parle ne soient pas dans cette loi tout cela à cause d’un PASS-sanitaire, d’une précipitation extrême et d’un manque de concertation. 

 

PATRICE MOUNIER Président de l’UMIH 84

Et le Conseil d’Administration de l’UMIH 84

Display-Digital-Evolution-160-600

Zappings

MAG 50 PERSONNALITES

GRAND PRIX DU BATIMENT DURABLE

GUIDE DES RESEAUX